Principal intérieursUn manoir gothique impeccablement fini dans le High Weald AONB, avec plus de 14 acres de jardins et de terrains

Un manoir gothique impeccablement fini dans le High Weald AONB, avec plus de 14 acres de jardins et de terrains

Crédits: Mike Harris
  • Top story

Les propriétés importantes dans le comté de Kent sont rares, mais un bel exemple dans le High Weald AONB est arrivé sur le marché.

Dans le High Weald AONB fortement boisé, l'agriculture a toujours été une activité marginale, la majorité des exploitations restant petites et rarement rentables. Cependant, une richesse importante a été introduite par de nombreux citadins prospères déménageant dans la campagne du Kent, en raison de son accessibilité à partir de Londres et de sa forme unique de régime foncier, qui a permis aux terres d'être facilement négociables. Cette migration a été accélérée par l'arrivée des chemins de fer à l'époque victorienne.

Tel est l'arrière-plan du gracieux parc Skeynes, classé Grade II, près d'Edenbridge, à 16 km au sud-ouest de Sevenoaks, qui est actuellement sur le marché avec Savills, au prix indicatif de 2, 975 M £. Décrit dans sa liste comme un «petit manoir gothique peut-être par Decimus Burton», Skeynes Park a été construit vers 1840 et, en 1844, a été vendu à John Fielden, un fabricant de coton de Todmorden dans le Lancashire, qui, avec William Cobbett de Rural Rides renommée, était un ardent défenseur des droits des travailleurs et de la réforme parlementaire.

Le fils de Cobbett, John, avocat et Sussex JP, a épousé la fille de Feilden, Mary, et a vécu avec sa famille à Skeynes de 1857 jusqu'à sa mort 20 ans plus tard. Après la mort de Mary en 1896, leurs enfants n'ont pas trouvé d'acheteur pour la maison et celle-ci a été louée à une succession de locataires distingués. Parmi eux, à partir de 1901, se trouvait l'honorable Patrick Bowes-Lyon JP, l'oncle de la reine mère, qui lui rendait régulièrement visite lors des courses à Lingfield à proximité.

En octobre 1919, les fiduciaires ont vendu le domaine, avec 65 acres, à Alfred Churches, qui l'a vendu un an plus tard à la famille Warmsley.

En 1935, Ben Warmsley a vendu la ferme de Skeynes à un fermier local, suivi, en 1939, par la vente du manoir et du pavillon d'entrée à Robert Lawson Johnstone de Londres pour 3 900 £. Depuis le début de la guerre jusqu'au jour J, les nouveaux propriétaires ont vécu dans une petite partie de la maison pendant que l'armée occupait le reste du bâtiment.

En 1974, le Baron von Luttitz, né en Allemagne, a acheté Skeynes Park, date à laquelle l'ancien relais de poste (maintenant connu sous le nom de Stable Court) et le lodge avaient été vendus séparément. Au cours des sept années suivantes, le baron et sa femme ont considérablement amélioré le parc Skeynes et ses jardins, en construisant une piscine intérieure, en créant un petit lac dans le parc, en levant une berge en terre le long de la route Lingfield pour garantir l'intimité et réduire la circulation du bruit, planter des arbres autour du parc et aménager un court de tennis dans le jardin clos.

Ils auraient dépensé plus de 100 000 £ pour rénover l'intérieur de la maison selon les normes les plus exigeantes.

Malheureusement, ce fut en vain. Au début des années 1980, le mariage de von Luttitz s'est effondré et, en 1982, la baronne a vendu le parc Skeynes et ses 17½ acres de jardins et de terrains à un acheteur d'origine moyen-orientale. Au cours des prochaines années, une équipe de constructeurs a travaillé sur la maison, vidant l'intérieur, arrachant les planchers et les vieilles poutres en chêne et abattant les cheminées classées. Tout au long de cette période, la famille du propriétaire descendait de Londres le week-end, lorsque de la musique arabe forte pouvait être entendue dans le parc.

Le coût final des rénovations a été estimé à plus de 500 000 £, mais, finalement, la famille a décidé de ne pas emménager et Skeynes Park a de nouveau été remis sur le marché. Plusieurs ventes rapides et acrimonieuses plus tard, la paix a finalement été rétablie lorsque, en 1997, Skeynes Park a été acheté par Geoffrey et Cynthia Eclair-Heath, les vendeurs actuels.

Au cours de leur mandat, M. et Mme Eclair-Heath ont restauré et amélioré la maison de 8 816 pieds carrés, qui propose un hébergement sur trois étages, y compris un hall d'entrée impressionnant, quatre belles salles de réception, une orangerie, des suites de maître et d'invité, six autres chambres et une salle de bain familiale. Les charmants jardins à la française et le parc ont également retrouvé leur splendeur d'antan.

Skeynes Park est sur le marché avec Savills au prix indicatif de 2, 975 millions de livres sterling. Cliquez ici pour plus d'informations et de photos.


Catégorie:
Le lévrier italien: minuscule, aimé de la royauté et tout sauf rapide (jusqu'à ce qu'il y pense)
Les meilleurs concepteurs et paysagistes de jardin en Grande-Bretagne