Principal mode de vieGokarna: un voyage dans le nouveau Goa de l'Inde, une ville préservée qui est un `` kaléidoscope de couleurs '' avec des plages de diamants blancs et des mers azurées

Gokarna: un voyage dans le nouveau Goa de l'Inde, une ville préservée qui est un `` kaléidoscope de couleurs '' avec des plages de diamants blancs et des mers azurées

Kudle beach, Gokarna Crédit: Getty Images

La ville indienne de Gokarna est en train de gagner une réputation de `` New Goa '', une alternative peu connue entourée de temples et de plages parfaites. Harriet Compston a rendu visite.

Peu avant 7 heures du matin, la ville du temple endormie de Gokarna se réveille pour un autre jour glorieux. Le soleil s'est levé. Une couverture d'orange se transforme en un ciel bleu. Le marché s'anime, débordant de papaye, de sacs d'épices et de légumes exotiques. Un sadhu, enveloppé de blanc, serpente dans les rues, son bâton perforant la poussière. Seul. Silencieux. Perdu dans la prière. L'océan scintille au loin, annonçant la nouvelle aube.

Il nous a fallu trois heures depuis l'aéroport de Goa, pour nous enfoncer de plus en plus profondément dans la jungle. Située au confluent de deux fleuves sacrés, Gangavali et Aghanashini, la ville est un lieu de pèlerinage pour les hindous depuis des siècles, mais aujourd'hui, elle est de retour sur la carte pour une autre raison: ses plages. Présenté comme le `` nouveau Goa '' - plus silencieux, plus propre et moins encombré (en plus d'être libre de la surcharge de la fête) - ce petit coin du Karnataka est peu connu des étrangers, mais maintenant, les Occidentaux se cotisent et l'ouverture de Kahani en dernier année a alimenté la flamme.

Vaches sur Kudle Beach près de Gokarna, Karnataka, Inde

Niché entre les Ghâts occidentaux d'un côté et la mer d'Oman de l'autre, Kahani Paradise House a commencé sa vie comme une maison de vacances très appréciée, construite à partir de zéro par une famille britannique respectueuse qui a acheté les 23 acres de terrain en 2005. collines, entourées de rizières, j'explore la villa substantielle et trois dépendances - toutes de couleur crème et à colonnades dans un style pan-asiatique vaguement.

Kahani Paradise Estate

Le jardin est magnifique, une corne d'abondance de palmiers, de bételiers et de fleurs tropicales avec des ruisseaux qui le traversent. Des papillons dansent, des lézards dardent et des oiseaux planent au-dessus de vous. Un jardinier grimpe dans l'un des palmiers, me ramenant une noix de coco fraîche à boire.

J'espionne une rizière au loin qui, lorsqu'elle est sèche, se transforme en terrain de cricket pour les matchs amicaux entre les clients de l'hôtel et les habitants. Mais je ne m'attarde pas. J'ai un œil sur le coucher de soleil à The Ridge, la cabane à la main en feuilles de noix de coco de la villa avec un bassin profond perché sur une falaise.

Disponible à la location dans son intégralité ou en suite, Kahani est impeccablement ornée de meubles et objets d'art anciens, triés sur le volet par les propriétaires. Certaines chambres ont des planchers en teck birman vintage, d'autres des lanternes marocaines en argent et des textiles uniques. Les hélices d'avion ont été réutilisées comme ventilateurs, le fil de bouteilles en plastique recyclé est tissé en tapis et les panneaux de plafond sont fabriqués à partir de vieux chevrons. Un bateau Nagamais réutilisé est couvert de livres de table basse.

Les six suites, chacune arborant une porte d'entrée en bois antique du Rajasthan, sont charmantes pour se retirer; dans un moment calme, je me recroqueville avec une Agatha Christie bien étincelée dans la bibliothèque. L'ancien a été mis à jour avec des murs en béton du sol au plafond décorés dans des palettes de couleurs individuelles, des motifs géométriques et des œuvres d'art contemporaines.

Une piscine à débordement d'eau salée vous attend sur la terrasse et une paire d'étalons gujarati grandeur nature sculptés sur bois montent la garde dans la salle à manger extérieure, qui offre une vue fascinante sur la terre et la mer. Une immense table balinaise, taillée dans un seul arbre, invite à un repas commun, mais elle est également parfaite pour un festin familial.

La nourriture est indienne et internationale, créée avec des produits frais du jardin, le marché local et les prises quotidiennes des pêcheurs. Kamla, une dame du coin, fait un tour de force tranquille dans la cuisine, m'apprenant timidement à faire du curry à la noix de coco. Après le yoga dans le pavillon de la jungle le lendemain matin, un arc-en-ciel de fruits exotiques, de jus de lime sucré et d'œufs fraîchement pondus préparés à la commande me prépare pour la journée.

J'ai ensuite frappé la plage, me dirigeant vers le paradis, une promenade vertigineuse de 10 minutes. C'est le plus idyllique des quatuors de plages bordées de palmiers de Gokarna, un endroit isolé avec du sable blanc comme du diamant et des eaux azurées sur un fond rocheux. La nuit, la plage est éclairée par la lueur magique et bioluminescente de la mer.

Half Moon Beach est à une courte distance de marche et je deviens un habitué du Namaste Café, avec son lassi de mangue rafraîchissant. Des bateaux aux couleurs vives bordent le rivage, les pêcheurs prêts à vous emmener sur les eaux, où des gousses de dauphins s'ébattent, mais pour vraiment rester coincé dans la vie locale, rendez-vous à la plage voisine d'Om, où vous pourrez manger à travers des plats traditionnels à un des cabines de plage. Je termine à Kudle Beach, la crique pittoresque représentée en haut de cette page, assise sur le sable doré, au chaud des rayons du jour.

De retour en ville, Gokarna crée un contraste intéressant (Kahani fournit une Jeep 4 × 4, conduite par un membre du personnel, ou une moto Royal Enfield pour vous aider à vous déplacer). Le mot Gokarna se traduit par oreille de vache en sanskrit: selon la mythologie hindoue, Lord Shiva est revenu sur terre des enfers par l'oreille d'une vache.

Chaque année, des milliers de pèlerins affluent ici à Kotiteertha, un réservoir d'eau sacrée, où ils se lavent dans les eaux saintes, avant d'adorer dans ses 108 temples. Le plus célèbre est Mahabaleshwar, considéré comme sacré comme le temple Kashi Vishwanath de Varanasi, avec des sculptures datant de 1500 ans.

Les pèlerins prennent un bain rituel pendant le festival de Shivaratri dans le réservoir Kotitheertha (Koti Thirtha), un réservoir de temple artificiel ou un lac utilisé pour l'immersion des idoles et les bains rituels.

La ville est un kaléidoscope de couleurs, avec les maisons traditionnelles Konkani peintes en vert, orange et rouge pour correspondre aux temples et aux magasins remplis d'accessoires Puja, bois de santal, épices, lungis et T-shirts, les rues bondées de vaches endormies, de chiens qui somnolent et le pousse-pousse occasionnel.

En signant le livre des visiteurs d'Aspinal à Kahani, je peux voir pourquoi la villa s'intègre parfaitement à Gokarna. Ils sont tous deux la quintessence du paradis décontracté. Oubliez Goa. Je suis vendu.

Kahani Paradise House est disponible à la location à partir de 9 100 £ par semaine auprès de SJ Villas - voir www.sjvillas.co.uk ou appelez le 020–7351 6384.


Catégorie:
Une orangerie pourrait-elle être l'endroit idéal pour une cuisine?
Vie sportive: la restauration du club de golf d'Effingham a fait remonter le temps de 90 ans - et c'est tant mieux pour elle